domingo, 28 de agosto de 2011

« Pour faire le portrait d’un oiseau » Jacques Prévert

Una recomendación para docentes y alumnos de "francés" desde Ferrol.



Peindre d'abord une cage
avec une porte ouverte
peindre ensuite
quelque chose de joli
quelque chose de simple
quelque chose de beau
quelque chose d'utile
pour l'oiseau
placer ensuite la toile contre un arbre
dans un jardin
dans un bois
ou dans une forêt
se cacher derrière l'arbre
sans rien dire
sans bouger...
Parfois l'oiseau arrive vite
mais il peut aussi mettre de longues années
avant de se décider
Ne pas se décourager
attendre
attendre s'il le faut pendant des années
la vitesse ou la lenteur de l'arrivée de l'oiseau
n'ayant aucun rapport
avec la réussite du tableau
Quand l'oiseau arrive
s'il arrive
observer le plus profond silence
attendre que l'oiseau entre dans la cage
et quand il est entré
fermer doucement la porte avec le pinceau
puis
effacer un à un tous les barreaux
en ayant soin de ne toucher aucune des plumes de l'oiseau
Faire ensuite le portrait de l'arbre
en choisissant la plus belle de ses branches
pour l'oiseau
peindre aussi le vert feuillage et la fraîcheur du vent
la poussière du soleil
et le bruit des bêtes de l'herbe dans la chaleur de l'été
et puis attendre que l'oiseau se décide à chanter
Si l'oiseau ne chante pas
C'est mauvais signe
signe que le tableau est mauvais
mais s'il chante c'est bon signe
signe que vous pouvez signer
Alors vous arrachez tout doucement
une des plumes de l'oiseau
et vous écrivez votre nom dans un coin du tableau.

Poème faisant partie de « Paroles » (1946)

Pourquoi  je recommande  la lecture de ce poème ?

D’abord parce qu’il nous raconte une histoire en toute simplicité. Voilà le grand secret de la poésie de Prévert, il écrivait comme il parlait ce qui fait que sa poésie soit idéale pour être lue à haute voix ce qui ajoute des valeurs pédagogiques pour être exploitée dans les cours de français.

Ensuite parce que c’est tout un chant à l’amour et à la liberté. Le soin qu’il faut prendre pour attendre que l’oiseau entre dans la cage qu’on a si délicatement préparée  pour lui ne signifie pas qu’il  reste y enfermé. En effaçant les barreaux de la cage notre oiseau est libre d’y rester ou de s’envoler.

Un plaisir ajouté à la lecture du poème c’est de l’accompagner en regardant la vidéo où Emily Loizeau lit « Pour faire le portrait d’un oiseau » lors de l’hommage diffusé en 2007 sur France 2 pour les 30 ans de la mort du poète.

À propos de Jacques Prévert

No hay comentarios:

Publicar un comentario en la entrada